#IL ETAIT UNE FOIS “LE DOT – COLORISTE”

Andrée Jardin n’est pas qu’une marque Made in France, c’est aussi une “Love Brand”.

Pour imaginer ses brosses, balais et autres objets pour votre bien-être et l’entretien de votre maison, elle puise son inspiration partout, mais surtout à Nantes chez ses clients Aficionados.

Nous avons décidé de vous raconter l’histoire de certains d’entre eux.

 

Il était une fois LE DOT – COLORISTE

 

C’est dans le cœur de ville Nantais que nous vous retrouvons pour ce deuxième portrait, aux pieds de la Tour de Bretagne.

Nous avons rendez-vous dans un des salons de coiffure les plus en vogue du centre ville.

Une devanture transparente qui donne envie de visiter l’intérieur, on pourrait presque penser à une galerie d’art.

 

Dès que l’occasion se présente d’aller faire une bise à la souriante Anne-Lise, nous n’y manquons pas.

Et dès qu’une envie de changement de coiffure ou de couleurs vous prend, que vous souhaitez une ambiance reposante et intimiste, je vous conseille vraiment Le Dot. Anne-Lise prendra soin de vous et de vos cheveux tout en prenant soin de l’environnement, un peu comme un certain fabricant de brosses ;).

 

Mais à votre avis, quelle est le produit préféré d’Anne-Lise parmi toutes les brosses de bain, plumeaux et autres tabliers de chez Andrée Jardin ?

Bien évidemment, la grande brosse à cheveux et la brosse à démêler , elles lui permettent de garder une coiffure légère avec une brillance naturelle, même quand on ne sait plus où donner de la tête.

Fabriqués en France et à la main, elles sont en bois de hêtre et en matières naturelles.

Des brosses éthiques et responsables pour un lissage ou un démêlage sans effort, et validées par la coiffeuse la plus pop de Nantes.

On vous invite à aller rendre visite à Anne-Lise si l’occasion se présente.

LE DOT COLORISTE – 8 Rue Guépin – 44000 Nantes

Vous pouvez aussi aller visiter son compte Instagram et son compte Facebook.

On repart vers un prochain rendez-vous pour une autre histoire d'”Il était une fois”.

L’Equipe d’Andrée Jardin.